Sommet de Nairobi : une attaque programmée contre la vie à naitre

Extraits de Lifenews, Micaiah Bilger, 14 novembre 2019

 Le Sommet de Nairobi sur la Conférence internationale sur la population et le développement 2025, qui se déroule au Kenya cette semaine, est en grande partie une réunion d’activistes de l’avortement et de dirigeants politiques favorables à l’avortement, selon la Heritage Foundation .

Les groupes dirigeants insistent sur le fait que l’avortement et les droits en matière de procréation constituent «le fondement de l’égalité des sexes», a rapporté The Guardian .

Valérie Huber, représentante spéciale des États-Unis pour la santé des femmes dans le monde, a indiqué au sommet que l’Amérique ne soutiendrait pas l’avortement.

Elle a déclaré aux dirigeants du sommet qu’ils devraient se concentrer sur la fin des abus horribles tels que la traite des êtres humains, les mutilations génitales féminines et le mariage d’enfants. Elle a également encouragé les dirigeants du monde à proposer aux femmes des alternatives à l’avortement dans le cadre de leurs programmes de planification familiale.

Les orientations de l’ONU ont peu d’effet sur la politique des États-Unis. Mais dans les pays les moins avancés, les pressions incessantes qu’il exerce pour permettre l’accès à l’avortement ont un impact démesuré. Toute opposition à ces orientations pourrait signifier la perte ou la réduction de l’aide étrangère, en particulier du Royaume-Uni, des Pays-Bas et des pays nordiques, ainsi que des organisations non gouvernementales.